Le partage de jardin est actuellement un concept qui commence à se développer. Il s’agit d’un tout nouveau concept de jardinage qui consiste à mettre en relation les personnes qui ont un terrain (ou dispose d’une parcelle de terre non utilisée dans leurs jardins) et celles qui n’ont pas de jardin, mais qui souhaitent cultiver quelques plantes. Le jardinier doit alors offrir une partie de sa récolte au propriétaire de terre. Pour que ce genre de coopération puisse se dérouler sans problème, il est toujours préférable de définir certaines règles. Les propriétaires et les jardiniers doivent alors connaître chacun leurs responsabilités pour pouvoir partir sur de bonnes bases.

Les rôles et les engagements du propriétaire

Lorsqu’une personne décide de partager son jardin ou une partie de son jardin à une autre personne, il faut qu’il accepte de donner l’accès de son jardin au jardinier. Ce dernier est alors tout à fait libre d’y planter tout ce qu’il veut. En contrepartie, le jardinier doit accepter d’offrir une partie de sa récolte au propriétaire. Parfois même, il est contraint de participer à l’entretien du jardin. Sinon, le propriétaire peut déterminer ses préférences en termes d’horaires. Il fait alors savoir à l’occupant les jours et les heures de disponibilité du terrain. Outre cela, le propriétaire doit normalement s’engager à faciliter l’accès en eau d’arrosage pour que le jardinier puisse arroser correctement ses cultures. Aussi, en fonction du type d’accord entre les deux parties, il est possible que le propriétaire fournisse les outils et le matériel de jardinage. De même, il peut aussi donner un coup de main au jardinier s’il le souhaite (juste pour le plaisir ou pour passer le temps). Pour finir, le propriétaire du jardin doit être mis au courant si le jardinier à l’intention de cultiver seul ou bien s’il compte opérer avec l’aide de sa famille (femme et enfants) sur le terrain.

Les rôles et les engagements du jardinier

Le jardinier est le premier responsable de la parcelle de terrain qu’on lui prête. Puis, il s’engage à partager les récoltes qu’il obtient avec la personne qui est le propriétaire de son terrain. Toutefois, ce n’est pas la seule entente possible. En fait, cela varie surtout selon le type d’accord préalablement établi entre les deux parties. Certains propriétaires de terrain ne demandent même rien en retour puisque le plaisir de voir les fruits et les légumes sur leurs terrains leur suffisent amplement. Par contre, peu importe le type d’accord, le jardinier doit toujours s’engager à maintenir en bon état et à assurer la propreté de la parcelle de terrain sur laquelle il cultive. Il va de soi également que le jardinier informe préalablement le propriétaire si jamais il souhaite apporter des changements (horaires, accords…) ou même s’il souhaite ne plus utiliser le terrain.
La solution de partage de jardin est un concept qui permet à des personnes qui n’ont pas la possibilité de participer à la protection de l’environnement, en cultivant, d’en avoir. Aussi, il est possible de rédiger un contrat pour garantir le bon déroulement d’un partage de jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *